SUIVEZ-NOUS SUR
Facebook Twitter
À 20MN DE GRENOBLE

Rendez-vous jeudi 13 août pour l'arrivée du Critérium du Dauphiné au Col de Porte !


C'est l'évènement de l'été ! Venez supporter les coureurs sur la ligne d'arrivée de l'étape Vienne-Col de Porte et profiter des animations toute la journée en attendant vos favoris Programme complet des animations ici.

En savoir +

Et si vous dormiez au Col de Porte ?


Faites un  break de quelques jours : la Résidence des 3 Sommets propose en location pour un ou plusieurs jours, des appartements entièrement refaits à neufs dans l'esprit montagne, douillets et confortables. Informations ICI

En savoir +

Mystérieuse vulnéraire !

La vulnéraire est une plante d’altitude connue depuis très longtemps pour son arôme caractéristique qui parfume certaines liqueurs mais surtout recherchée pour d’autres vertus : celles de guérir blessures, traumatismes et nombreux déséquilibres. Elle est connue également sous le nom de millepertuis à sous ou sous son petit patronyme latin, Hypericum nummularium. Pourtant, selon les massifs, le terme de vulnéraire ne désigne pas toujours la même plante, et les maux qu’elle soigne diffèrent également selon les territoires.
Les Cartusiens sont convaincus de détenir l’unique vulnéraire, celle des Chartreux, et pour eux aucun doute, la véritable vulnéraire ne pousse qu’en Chartreuse ! Il se dit même qu’elle fait partie de la centaine d’ingrédients (secrets !) qui composent l’élixir des Pères Chartreux !

La mystérieuse vulnéraire des Chartreux a de petites feuilles sont rondes (nummus veut dire « pièce de monnaie » en latin) et sa fleur d’un jaune éclatant comme un soleil est considérée comme une véritable panacée. Appelée « venerella » en patois local, c’est le premier remède des montagnards contre les coups de froid mais aussi pour soigner les plaies, les blessures … et les brulures !

Sous ses apparences fragiles, la vulnéraire fait partie des plantes d’altitude robustes qui résistent à la neige, au froid et au vent, profondément enracinée dans les rochers, les lapias ou les flancs de falaises escarpés qu’elle affectionne. Sa cueillette (réglementée) ne peut se faire que l’été et reste assez dangereuse, ce qui explique peut-être que ses réelles propriétés pharmacologiques n’ont été finalement que très peu étudiées à ce jour.

Photo : Parc Naturel régional de Chartreuse