SUIVEZ-NOUS SUR
Facebook Twitter
À 20MN DE GRENOBLE

La mobilité douce séduit au Col de Porte


Malgré une météo frisquette, les isérois sont montés sans hésiter pour tester les vélos électriques mis à disposition du public gracieusement et profiter des animations proposées ce week-end des 25 et 26 mai. La preuve que même la météo n'empêche pas de passer un bon moment en altitude, d'autant qu'hébergeurs et restaurateurs au Col savent accueillir leur public.

En savoir +

Samedi 25 mai : Apéro Jazz à partir de 18h30 puis soirée Jazzocol !


Deux temps forts pour passer un bon moment festif entre amis.
Renseignements www.les3sommets.fr Réservations recommandées au 06 83 21 35 71 ou info@les3sommets.fr

En savoir +

Dimanche 26 mai : déjeuner gourmand pour la Fête des mères


Le chef vous propose un menu gourmand spécial fête des mères.
A découvrir sur www.les3sommets.fr Réservations recommandées

En savoir +

L'union fait la force


La station des 2 Alpes, représentée conjointement par son Office du Tourisme et l’exploitant du domaine skiable Deux Alpes Loisirs, et celle du Col de Porte ont signé sur le salon Alpipro à Chambéry, un partenariat pour une durée de 3 ans.

En savoir +

Petites et grandes histoires

PARTAGEZ SUR   Facebook Twitter Google Plus Linkedin email
        1        
  • Le ski, une pratique préhistorique ?

    Le ski, une pratique préhistorique ?

    Hé, non ! L’action de marcher et de glisser sur des planches n’est pas une invention de notre siècle ! Les plus anciens skis retrouvés à ce jour dans les pays du Nord sont des vestiges datant d’environ 6 300 à 5 000 avant J.C. Encore plus ancien, des peintures rupestres illustrant des chasseurs seraient âgées de 10 000 ans.
    Certes, selon les archéologues, la pratique était bien éloignée de celle que l’on connaît aujourd’hui. Sur des planches de 4,5 mètres de long, muni d’un unique bâton rame, les chasseurs partaient traquer les élans.Avec le temps et l’expérience, le matériel évolua.
    En 3 000 avant J.C., les skis devinrent des planches de 2 mètres de long pour 15,5 centimètres de large. Mais la plus grande évolution réside dans les bâtons : l’unique bâton se transforma en deux bâtons formant une cuillère géante à leur bout.


    › Lire la suite

    18-10-2018
  • Le Col de Porte est aussi … un site expérimental !

    Le Col de Porte est aussi … un site expérimental !

    Tout le monde connait la station du Col de Porte mais beaucoup moins la station nivo-météorologique Nivose installée par Météo France en haut des pistes (côté Prairie). Cet équipement, entièrement automatique et alimenté par des panneaux solaires, mesure quotidiennement depuis 1961 la vitesse du vent, le cumul des précipitations, la température et l'humidité de l'air, les rayonnements des longueurs d’onde, la hauteur de la neige, ainsi que la densité et le tassement du manteau neigeux. 
    Les données ainsi récoltées sont transmises au Centre d’Etudes de la Neige (CEN) et servent à alimenter les modèles numériques de prévision de l’évolution du manteau neigeux. Egalement utilisées à des fins de recherche, elles sont à l’origine de très nombreuses études publiées chaque année, en particulier sur l’impact du changement climatique au niveau des stations de moyenne montagne. 


    › Lire la suite

    21-08-2018
  • La Source d'eau de l'immortalité

    La Source d'eau de l'immortalité

    Il y a fort longtemps, un étranger et sa fille s’installèrent dans un château au bord d’un lac du massif de la Grande Chartreuse. Bon et généreux, les deux nouveaux habitants apportaient secours et remèdes aux villageois. Au début méfiants, les montagnards apprécièrent rapidement le père et sa fille, allant même jusqu’à les vénérer tels des anges. Un jour la jeune fille disparu. Le père vieillit alors prématurément se faisant chaque jour plus triste et plus maigre. Pourtant, la mort sembla l’oublier et, génération après génération, il devint l’âme du village… Les villageois s’interrogeaient : pourquoi personne ne pouvait entrer dans le château ? Quel était le secret du vieil homme qui semblait être devenu immortel ? Qu’était devenue sa fille ?


    › Lire la suite

    07-08-2018
  • Les diablotins et la forêt de Chartreuse

    Les diablotins et la forêt de Chartreuse

    L’histoire se passe il y a fort longtemps. La Chartreuse venait d’émerger encore trempée de l’eau du déluge qui avait fait monter les océans. La végétation et les êtres humains n’étaient pas encore présents.
    Les premiers habitants de ces lieux furent des diablotins envoyés par le diable. Durant des semaines, la vallée de l’Isère fut surplombée par d’épais nuages de brouillards. Les diablotins trouvèrent cela très amusant : ils se poursuivaient, se perdaient, se cachaient. Puis un grand soleil apparut dans le ciel, faisant disparaitre les nuages et sécher les rochers.
    Quand le diable leur rendit visite, les diablotins se plaignirent de la chaleur et de l’ennui sur ces terres monotones. Le diable réfléchit alors à une solution. Il frappa le sol de son talon et en fit jaillir un arbre ! En quelques minutes, des centaines d’arbre apparurent et les diablotins, satisfaits, se remirent à jouer en chantant.  Des mois passèrent. Arriva alors l’automne qui fit tomber les feuilles des arbres…


    › Lire la suite

    10-07-2018
  • Le premier téléski français a été installé …  au Col de Porte !

    Le premier téléski français a été installé … au Col de Porte !

    Une première remontée a été bricolée en 1932 par Yvon Marlier. Ce système temporaire, se présentait sous la forme d’un traineau tracté par un câble permettant aux skieurs de remonter la piste à plusieurs. C’était un bon début ! Deux ans plus tard, en 1934, Charles Rossat, charpentier de profession, a pour idée d’adapter son système de débardage des rondins de bois à câbles forestiers pour en faire un « remonte-pente » destiné aux skieurs. Il choisit le lieu dit la Praire au Col de Porte pour installer son équipement artisanal. Avec près de 200 mètres de long pour une quarantaine de mètres de dénivelé, le premier téléski était né ! Vous avez dit précurseur ?


    › Lire la suite

    26-06-2018
  • Le gouffre Kriska sous le Charmant Som

    Le gouffre Kriska sous le Charmant Som

    L’entrée du gouffre a été trouvée en 1962 par un chien nommé Criska, dressé par son propriétaire spéléologue à détecter les trous. C’est donc lui qui a laissé son nom à la postérité, bien que le gouffre ai été rebaptisé Kriska en 1971.

    Le réseau souterrain possède 5 entrées : le puits de l'Aura (entrée haute du réseau), le puits de l'escalade, le puits Kriska, la grotte de la Vire et le puits des corneilles. L’accès est libre, mais l'entrée débute par un puits de 30 mètres qui impose, comme le reste du réseau d’ailleurs, un très bon équipement et un bon niveau en spéléologie.


    › Lire la suite

    26-06-2018
  • Chamechaude… la  molaire de Gargantua ?

    Chamechaude… la  molaire de Gargantua ?

    De la Chartreuse au Trièves, de nombreux récits évoquent les haltes que fit en Isère le personnage de Gargantua. Bien avant de devenir le héros de Rabelais, on raconte que Gargantua a visité la France entière, laissant des traces de ses différentes haltes le long  de son périple.

    Ainsi, en Chartreuse, les conteurs le décrivent pris d'une violente rage de dents et s'arrachant une molaire qu'il jeta en direction de la Chartreuse, donnant ainsi naissance au pic de Chamechaude ! La légende était née !


    › Lire la suite

    13-06-2018
        1